Article / absolu - le, 03/06/2017

Et il n’en reste qu’un…

Live – Ultra-Trail | Chartreuse Terminorum les 2, 3, 4 et 5 juin

Après un peu plus de 24 heures de course, il ne restait qu’un coureur sur les 36 partis hier matin pour les 300 km et 22500 m D+ de la Chartreuse Terminorum. Gaëtan Janssens, de Grenoble, vient d’entamer son troisième tour…

Les heures passant, les réponses tombent les unes après les autres. La Chartreuse Terminorum est-elle dans la droite ligne de la Barkley ? Oui, la terminer est une tâche quasi impossible. Combien de coureurs parviendront à boucler un tour dans le délai imparti (16 heures pour 60 km et 4500 m D+) ? Cinq seulement. Combien de coureurs vont repartir sur la deuxième boucle ? Quatre… Combien vont terminer la deuxième boucle dans le délai imparti ? Un seul…

Gaëtan Janssens, Grenoblois de 30 ans, est sec comme il se doit de l’être pour s’attaquer à un tel objectif. « Si tu n’es pas au top de ta forme, inutile d’espérer t’en sortir ici » conclut Valéry Caussarieu, auteur d’un tour et demi, ce qui est une jolie performance. On s’attendait bien sûr à ce que les têtes tombent les unes après les autres, mais à ce point, c’est quand même coton.

Un parcours déjà difficile en soi avec pas mal de dénivelé sur des sentiers pas toujours faciles, une attention de tous les instants pour trouver son chemin (ou le retrouver…), des fouilles en règle pour dénicher les livres, et à côté de ça penser aux tâches habituelles de l’ultra-trailer, telles s’alimenter, soigner ses pieds… Réussir à concilier tout ceci relève de l’impossible, et c’est bien pour ça que tous étaient venus tenter l’expérience – Jean-Michel Touron ne fait pas exception : « C’est autre chose que l’ultra-trail, d’habitude tu penses à des tas de choses, aux gens qui te poussent, mais ici ce n’est pas possible. Tu es concentré à 100%, tout le temps, tu es dans la course. C’était génial, je reviendrai. »

Reviendra-t-il ? Gaëtan Janssens ne le sait sans doute pas, puisque pour le moment il est encore en course. Poussé par les autres coureurs, par Benoit Laval et Lazarus Lake qui a pris le soin de lui écrire une lettre de motivation, l’habitué des raids multisports s’est laissé convaincre de repartir. Il s’attendait plutôt à terminer une boucle, alors de se retrouver seul en lice pour en tenter trois est un peu inespéré… Y parviendra-t-il ? Ce n’est pas vraiment gagné, même s’il dispose d’à peu près deux heures d’avance sur la barrière horaire. Il a tout l’après-midi pour bien avancer, mais la nuit lui tombera dessus avant qu’il ne soit rentré au bercail. Et sans vouloir lui porter la poisse, le ciel se noircit méchamment…

Le Grenoblois a tout de même pris le temps de se faire réconforter, de manger, se doucher, dormir trente minutes, puis il est reparti vers son destin. Oui, ça fait un peu cliché comme expression, mais ici à la Chartreuse Terminorum, il semble que ce soit l’expression la plus appropriée...


Commentaires

comments powered by Disqus