Article / absolu - le, 04/01/2017

Le carnet de bord qui vous fera traverser l’Australie

Livre – Course à pied | 1, 2, 3… Australie par Patrick Malandain

Dans 1, 2, 3… Australie, Patrick Malandain raconte son record de la traversée de l’Australie à pied effectuée en 2013. Un récit au jour le jour précis qui nous permet d’entrer dans le quotidien de ces périples continentaux hors normes.

Le 5 octobre 2013, Patrick Malandain et son équipe quittent Sydney ; l’objectif : Perth, 3814 km plus loin, à atteindre en moins de 43 jours, 13 heures et 8 minutes. Pourquoi ce chrono alambiqué ? Parce que c’est le record actuel, établi par l’Allemand Achim Henkenes en 2005. Pour réussir à battre ce record, Patrick devra courir environ 100 km par jour, sans jour de repos, pendant pratiquement un mois et demi. Quel challenge !

De Patrick Malandain, on pourrait presque dire qu’il est un sportif ordinaire, presque un sportif du dimanche… Ce n’est qu’à 47 ans, en 2007, qu’il découvre l’ultra, directement sur un 24 heures, sur lequel il réalise une performance tout à fait lambda (122 km). Qui irait penser, à ce moment, que quelques mois plus tard, il débuterait ses périples transcontinentaux ?

Car en effet, ce qui attire Patrick par-dessus tout, c’est courir à l’échelle des pays, des continents. Dès 2009, il se lance dans un Le Havre Istanbul (3230 km) à une moyenne de 61 km par jour. Puis ça s’enchaîne : il participer à la 9e TransAmerica en 2011 (qu’il termine deuxième mais blessé), il participe aux 1000 km de France en 2012 (2e, moyenne de 115 km par jour). Mais un truc lui trotte dans la tête : la traversée de l’Australie.

Et nous voici donc sur les routes et les pistes australiennes, aux côtés de la petite équipe, un coureur et trois suiveurs, plus un relais médiatique resté en France. Famille et amis. Une équipe soudée, dévouée à la cause commune. Pourtant, dès le départ, l’affaire s’engage plutôt mal : un véhicule en panne, une interdiction d’emprunter la route prévue par la police, un accident, une chute, des attaques d’oiseaux… C’est d’un moral en acier trempé dont ont besoin Patrick et ses accompagnateurs pour ne pas baisser les bras, mais comme le coureur le dit lui-même : « En dehors de l’accident de circulation, l’abandon est irrecevable. »

Alors l’équipe poursuit sa route, et c’est exactement ce que Patrick partage, jour par jour, tout au long de ce livre : les péripéties du quotidien, le train-train, le process lui permettant de se rapprocher chaque jour un peu plus de son objectif. Les journées sont bien remplies, que ce soit pour le coureur ou ses accompagnateurs. Pas le temps de lambiner, avec toujours à l’esprit cette idée de record : « Sommes-nous en retard ? »

Si au départ de petits retards s’accumulent, rapidement, malgré des soucis physiques et logistiques bien réels, Patrick reprend les rênes du record. En 15 jours, 1500 km ont été parcourus : le contrat des 100 km par jour est rempli. Puis les jours s’enchaînent, et de plus en plus le record se précise ; vers la fin, c’est avec cinq jours de mieux que Patrick cherche à améliorer le précédent record. Il y parviendra !

C’est finalement en 38 jours, 12 heures et 58 minutes que la petite équipe rejoint Perth, avec à l’esprit un mélange de joie et de tristesse. De notre côté, c’est plein d’admiration que nous achevons notre lecture : ce livre nous aide à comprendre un peu mieux les motivations et l’état d’esprit des coureurs transcontinentaux, même s’il est difficile de se mettre à leur place. En tous cas cet ouvrage donne des clés très pratiques et précises pour, à son échelle, envisager de tels périples.

Le mot de la fin, il est pour Patrick : « Je ne conseille à personne de se lancer dans une telle aventure si vous avez le moindre doute. » À bon entendeur…

NB : Patrick Malandain propose également un DVD appelé La tentation de l'impossible et contant son défi de courir 10 000 km en 100 jours. Nous en reparlerons ici-même ultérieurement.

• 1, 2, 3… Australie, Patrick Malandain, PatRun Organisation, 204 pages dont 36 de photos couleur, 19 €, ISBN 9782955035207


Commentaires

comments powered by Disqus