Article / top-chrono - le, 24/10/2016

Trio d’épreuves pour boulimiques de bornes

Résultats – Ultra-endurance | Diagonale des fous, Templiers, Europe de 24 heures

Énorme week-end d’ultra-endurance que celui du 22-23 octobre, avec bien sûr la Diagonale des Fous et la Grande Course des Templiers, mais aussi les Championnats d’Europe de 24 heures, passés inaperçus.

Chez Ultramag, notre chouchou du week-end parmi les épreuves d’ultra-endurance, c’était bien sûr la Diagonale des Fous. Chouchou parce qu’on aime l’ultra-trail, que la Diagonale des Fous est une épreuve mythique, que La Réunion est une île paradisiaque pour qui aime les sports nature, que l’esprit de l’épreuve n’a pas changé d’un iota au fil des ans (pour le meilleur et pour le pire !), que chaque année le plateau est relevé, que le parcours est magnifique (sauf quelques petits morceaux), que l’ambiance est complètement dingue, et qu’on a des tas de copains qui sont sur place comme chaque année. Ça n’empêche que les Templiers, ça reste une superbe épreuve. On aime juste un peu moins les grandes proclamations autour de l’épreuve elle-même (Trail origin, etc.), mais les bons coureurs ne s’y trompent pas et reviennent année après année. Idem pour les moins bons coureurs, même si les bouchons font râler (à juste titre). Superbe épreuve aussi, relevée elle aussi : les 24 heures d’Albi avaient également lieu ce week-end, et tenaient lieu de Championnats d’Europe de la discipline. Alors excusez du peu, mais trois courses d’ultra-endurance le même week-end, tous les trois à un niveau de performance élevé, mais dans des registres légèrement différents, ça produit quand même un superbe week-end d’ultra !

(photo de Philipp Reiter)

La Réunion donc : on a adoré une fois de plus suivre cette épreuve, sur un parcours identique à celui de l’année dernière. La météo était plutôt bonne, meilleure que celle prévue en tous cas, mais tout de même moins radieuse que celle de l’année dernière. Côté plateau, c’était du costaud ; difficile de savoir qui allait tirer son épingle du jeu chez les hommes. Chez les femmes, on avait moins de doutes : on ne voyait pas trop comment le titre pourrait échapper à Andrea Huser, la Suissesse déjà deuxième de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc deux mois plus tôt. Et effectivement, si Marcelle Puy, la Réunionnaise chouchoute de l’île a bien tenté de prendre les devants, ça n’a pas duré longtemps, se concluant par un abandon (Marcelle n’a plus le niveau d’entraînement qui lui a permis de s’imposer). Andrea a fait course en tête quasi de bout en bout, sans être vraiment inquiétée par ses poursuivantes Juliette Blanchet et Emma Roca. Chez les hommes, le scénario est pratiquement identique chaque année : une poignée de Réunionnais part à toute blinde, abandonne avant le volcan, et un métro prend la tête puis essaie de la conserver avec une horde d’autres coureurs aux trousses. On a regretté l’abandon de Freddy Thévenin, le « ti coq péi » qui faisait deuxième l’année dernière, et on n’a pu que constater ébahi que François D’Haene, malgré son peu de compétitions cette année, a conservé un énorme niveau. Il explose les chronos sur toutes les portions jusqu’à la sortie de Mafate (y compris certains chronos de Kilian Jornet), compte jusqu’à 1 h 30 d’avance sur ses poursuivants, et termine tout de même dans le dur. Ouf, lui aussi peut souffrir ! Antoine Guillon reste calé sur ses temps de passage de l’année dernière, temps qui lui avaient valu une victoire, et empoche la deuxième place, avec 45 mn de retard sur le leader salomonisé. Au final, 1689 raiders sont arrivés à bon port, soit 70% des partants, un excellent score montrant qu’avec des délais larges, on peut venir à bout de toutes les difficultés (66 heures pour boucler les 170 km et 10 000 m D+).

Femmes
1 – Andrea Huser – SUI – 27:44:13
2 – Juliette Blanchet – FRA – 29:26:07
3 – Emma Roca – ESP – 30:10:53
4 – Mélanie Rousset – FRA – 32:44:09
4 – Jocelyne Pauly – FRA – 32:44:09

Hommes
1 – François D’Haene – FRA – 23:44:57
2 – Antoine Guillon – FRA – 24:15:22
3 – Javier Dominguez-Ledo – ESP – 24:36:24
4 – Ryan Sandes – RSA – 25:23:31
4 – Maxime Cazajoux – FRA – 25:23:31

Côté Templiers, les dimensions sont plus « raisonnables » avec 76 km et 3550 m D+ alors qu’une météo venteuse et nuageuse a durci un peu la course. Côté femmes, Nuria Picas avait bien dit l’année dernière qu’elle aimerait gagner les Templiers, et Nuria Picas, c’est une pointure. Alors on avait misé cher sur elle, mais elle s’est fait damer le pion par la Suissesse Jasmin Nunige et la Norvégienne Yngvild Kaspersen (10 € à celui ou celle qui prononce parfaitement son prénom). Impressionnantes quand on connait les capacités de l’Espagnole. Chez les hommes, comme chaque année ça a « bastonné » dur, avec des attaques, des défaillances, des retours du futur… Finalement c’est Miguel Héras (quatrième l’année dernière) qui s’impose, faisant la différence dans les derniers kilomètres. Et hop, un petit chèquos de 8000 €, de quoi mettre des gambas dans la paëlla pendant quelques mois.

(photo organisation)

Femmes
1 – Jasmin Nunige – SUI – 08:00:52
2 – Yngvild Kaspersen – NOR – 08:13:57
3 – Nuria Picas – ESP – 08:22:42
4 – Landie Greyling – RSA – 08:26:55
5 – Lucie Jamsin – FRA – 08:31:03

Hommes
1 – Miguel Heras – ESP – 06:45:12
2 – Jared Hazen – USA – 06:49:42
3 – Cedric Fleureton – FRA – 06:56:06
4 – Sébastien Spehler – FRA – 07:03:36
5 – Nicolas Bouvier-Gaz – FRA – 07:05:07

Bon allez, fini le trail, direction Albi maintenant, la cathédrale, tout ça tout ça, mais surtout : le stade Maurice Rigaud et le circuit de 1,12 km sur lesquels ont tourné 211 athlètes de samedi 10 h à dimanche 10 h (oui oui, ça fait bien 24 heures) pour la 4e édition des 24 heures d’Albi, supports des Championnats d’Europe (Championnats de France en 2015 sur ce même circuit). Sur place, météo idéale, supporteurs en nombre, et coureurs surmotivés ont fait du week-end un beau spectacle. Sur les 211 coureurs, 40 ont participé en open (vainqueur Fabrice Puaud, FRA, avec 229,553 km et Christine Zanconato avec 220,613 km), 94 pour les Europe chez les hommes, et 77 chez les femmes. Pour les deux sexes, on a assisté à une course très impressionnante, avec des marques élevées : plus de 250 pour les femmes, près de 262 pour les hommes. C’est du très haut niveau ! Côté Français, les hommes étaient bien présents (médaille d’or par équipe), par contre les femmes sont un peu en retrait, même si elles emportent le bronze par équipe. On note beaucoup de records personnels sur cette épreuve, signe d’une émulation collective au top.

Femmes
1 – Maria Jansson – SWE – 250,647 km
2 – Patrycja Bereznowska – POL – 241,633 km
3 – Agata Matejczuk – POL – 232,285 km
11 – Anne-Marie Vernet – FRA – 223,427 km
15 – Nathalie Derault – FRA – 217,787 km
19 – Valérie Vallon – FRA – 214,118 km

(photo de Nathalie Ruel)

Hommes
1 – Dan Lawson – GBR – 261,843 km
2 – Ondřej Velička – CZE – 258,661 km
3 – Stéphane Ruel – FRA – 257,296 km
4 – Piero Lattarico – FRA – 253,631 km
5 – Patrick Ruiz – FRA – 252,364 km

(photo de Nathalie Ruel)

Infos et résultats complémentaires :

http://grandraid.sfr.re/pages/accueil.jsp

http://www.festivaldestempliers.com/

http://www.albi24h.fr/


Commentaires

comments powered by Disqus