Article / top-chrono - le, 12/11/2015

ÖtillÖ 2015 Le Film

SPORT - SWIMRUN | FILM CHAMPIONNATS DU MONDE

Le film des championnats du monde de swimrun qui se sont déroulés le 7 septembre dernier dans l'archipel de Stockholm a su retranscrire l'engouement que suscite ce nouveau sport. Mélange de nature, d'esprit d'équipe, d'inventivité, de nombreux témoignages illustrent une course aux multiples rebondissements.

Mots clés : #swimrun #film #2015 #ÖtillÖ

Transcript français

Le film des championnats du monde de swimrun qui se sont déroulés le 7 septembre dernier dans l'archipel de Stockholm a su retranscrire l'engouement que suscite ce nouveau sport. Mélange de nature, d'esprit d'équipe, d'inventivité, de nombreux témoignages illustrent une course aux multiples rebondissements.

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

Ce pari alcoolisé un peu fou

"Le Swimrun a évolué en quelque chose de très sentimental où en tant qu'équipe, tu déambules à travers la nature, à travers les âges, retournant vers une sorte de sentiment archaïque de se déplacer et de faire partie d'une Nature. La pratique du Swimrun en collaboration avec quelqu'un d'autre te permet de partager l'expérience vécue, de révéler ta propre nature.
Nous sommes actuellement à un tournant crucial où le Swimrun, en tant que sport après dix ans d'existence, s'est développé à partir d'une idée folle. C'est venu de ce pari alcoolisé un peu fou où 4 gars assis un soir à une table se sont défiés mutuellement à partir d'une carte imprimée sur une serviette [papier] de table.
Il y a 10 ans [d'un bout de serviette] jusqu'à maintenant nous en avons fait les championnats du monde de Swimrun ÖtillÖ. Je pense que nous verrons une évolution similaire dans les 10 prochaines années. Ça va être super d'être du voyage avec tout le monde.
"

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

"Hello, je suis aussi tendu que les coureurs car tout doit rouler : pas de bateau dans la ligne des ferries. Je suis très content de la présence de toutes ces équipes venues du monde entier pour s'affronter sur notre petite course. Cela a débuté il y a 10 ans, et c'est juste super. Maintenant on est à 2 minutes et demi du départ."

Commentateur

Il est 6 heures du matin, à 50 km au large du centre ville de Stockholm, la cité à l'archipel aux 10 000 iles. Sandhamn est le point de départ du 10ème anniversaire des championnats du monde de Swimrun.
Les équipes ont une courte distance à pied pour rejoindre la première des mises à l'eau du jour. Les athlètes du monde entier ont découvert ce sport relativement nouveau du Swimrun et c'est un joli mélange d'équipes nouvelles et expérimentées qui s'apprêtent à se lancer dans une eau à 13°C menant à  l'île de Vindalsö.
Le triple vainqueur de l'ÖtillÖ, Jonas Colting (Suède) a participé à l'épreuve chaque année depuis le début en 2006.

Jonas Colting (triple vainqueur)

C'est un vrai choc de s'immerger pour la première nage

"Chaque année quand je rentre dans la première natation, j'ai un gros sentiment de déjà-vu, c'est encore plus stressant car tous les duos [au début] ont le même rythme de progression. C'est un vrai choc de s'immerger pour la première nage. J'ai toujours plein de souvenirs de cette première heure."

Commentateur

La course va amener les équipes à travers toute la partie sud de l'archipel de Stockholm vers l'île natationd'UtÖ et les 26 iles, ce qui représente plus de 10 km de nage et 65 km de trail running. La distance totale de course s'élevant à 75 km. Ces derniers jours ont vu des forts vents du nord balayer la mer et nous pouvons déjà distinguer une mer démontée avec des vagues attaquant de coté. Les athlètes Sara Mc Larty et Misty Becerra sont les premières parmi les dames à finir les premiers 1800 m de natation, qui représentent la plus longue partie natation de la course.

Sara Mc Larty and Misty Becerra (USA)

"Gosh ! On va faire la course, tu sais, on va essayer. Dans la première moitié de la course il y a beaucoup de natation, c'est notre point fort, alors vous pourriez nous voir aux avant-postes au début, et pas parce que l'on est en sur régime mais parce que nous sommes d'excellentes nageuses."

Commentateur

Durant les premières éditions de l'ÖtillÖ, il y avait 10 à 15 équipes au départ et seulement un poignée d'entre eux réussirent à finir la course. C'était les premiers jours d'un nouveau sport qui combinait le cross country et la nage dans un format compétitif.

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

il y a plus de 700 équipes qui tentent de s'inscrire par tous les moyens

"Au début nous faisions littéralement la chasse aux amis pour qu'ils nous aident et participent à notre course. Maintenant nous arrivons à un point où il y a plus de 700 équipes qui tentent de s'inscrire par tous les moyens. Et nous avons seulement 120 places (soit 240 personnes, ndlr), parce que nous manquons de place sur l'île. On a réservé toute lîle entièrement. Notre ambition est de faire grandir ce sport principalement parce que nous sentons que si faire grandir cette discipline fortifiera la communauté entière."

Commentateur

Les équipes ont atteint [...] et l'endroit où les organisateurs attendent les coureurs en distribuant boissons et barres d'énergie Cliff. Le Swimrun profite d'une attractivité et d'une croissance exponentielle. Mais qu'a l'ÖtillÖ d'unique ?

Mats Andersson (Üto islander / original 4)

C'est une course qui nous mène à travers des paysages somptueux, très difficiles aussi.

Simon Donato and  Hunter McIntyre (USA) Team Bounded

"C'est toutes ces entrées et sorties de l'eau, certaines sont des plages de sable, d'autres des falaises de granit très pentues. Il y a tant de variété, en plus on court sur des rochers, sur des sentiers pleins de mousse, d'arbres tombés en travers. C'est autant une course à obstacles qu'une aventure, qu'une compétition de pure natation ou de course à pied."

Fredrik Bodin and Johan Warme (Sweden)

"C'est une course extrême à cause de la distance, et aussi parce que le Swimrun est né ici, dans l'archipel de Stockholm, par des gens d'UtÖ, c'est vraiment encore plus tripant de faire la course originelle."

Mats Andersson (Üto islander / original 4)

"Tu le fais en duo, cela signifie que tu as un ami avec qui parler de ce que tu vois. Tu as quelqu'un pour partager tes souvenirs. Je pense que c'est une des choses spéciales au sujet de cette compétition."

Commentateur

Cette année pour la dixième édition de l'ÖtillÖ, nous constatons un record de nations représentées : 24 pays de par le monde.

Antonio Porres and Carlos Lopez (Mexico)

"Nous avons entendu parler de cette course, nous pensons que c'est un très gros défi, c'est pour cela que nous sommes ici."

Jon Okkelmo and Kari Flottorp (Norway) Team Smartfish

"Le fait que nous pouvons traverser des lieux que nous n'aurions pas la possibilité de voir en dehors de cette épreuve. Je veux dire que les chances de faire cela dans ton coin sont très faibles voires inexistantes."

Marina Ivanova and Dmitry Yahorau (Russia Belgium)

"Nous avons essayé de nombreux sports et puis nous avons entendu parler d'ÖtillÖ, nous pensons que cela doit être génial de participer."

Gabriele Célette and Simone Bayer (Germany)

"Notre objectif est de terminer et de finir avant les barrières horaires, être sur la ligne d'arrivée, je pense que c'est notre but. C'est intéressant de voir cet énorme bond de tout ce sport depuis ses humbles début, je suis sûr que dans quelques années ce sera un véritable sport à l'échelle globale."

Commentateur

Les équipes ont atteint les sentiers de gravier de l'ile principale de Runmarö. Il y a des hotels boulangerie [..] c'est aussi le premier des sprints priz (primes intermédiaires, ndlr). Simon Börjeson (SWE) et Rasmus Regnstrand (SWE) ont étonné tout le monde en postant un chrono hyper rapide sur les premières iles. Ils remportent le sprint priz Redbull en tout juste 1h42. Quelques 4 minutes après voit surgir deux anciennes paires championnes du monde Lennart Moberg (SWE) Daniel Hansson (SWE) et Björn Englund (SWE) Paul Krochak (CAN) , séparées de moins d'une minute.
Les deux athlètes de peak performance Staffan Björklund (SWE) et Marika Wagner (SWE) sont aussi très rapide en catégorie mixte, ils remportent le Sprint Priz seulement 12 minutes après l'équipe de tête. Jenny Nilsson (SWE) et Magdalena Trumstedt (SWE) seconde l'an dernier sur l'épreuve mènent la catégorie des dames et ramènent le Redbull Sprint Priz à [Tischweg...]

La course se dirige plein sud, avec les plus courts segments natation et trail à travers MunkÖ et paysageKäckskär, un secteur de la course où se trouve des bois et des rochers glissants, les vagues et le courant rendent la natation encore plus difficile.

L'équipement utilisé par les athlètes a aussi subi de profonds bouleversements durant ces dix années. L'athlète finlandais Petri Forsman, vainqueur du 1er ÖtillÖ en 2006, a fait son retour maintenant pour célébrer les 10 années de course.

Petri Forsman and Henrika Malmström (Fin)

alors on a utilisé des matelas gonflables

"Ils avaient vraiment apporté une sorte de [matelas], la règle principale était : prenez tout ce que vous voulez du moment que vous le transportez, alors on a utilisé des matelas gonflables. Le matin de la course, quand ils sortirent de l'hotel, au départ tout le monde se moquait d'eux. On avait ce matelas sur nous. On a couru vers la plage pour la première natation et nous nous sommes envolés (vers la victoire, ndlr) !"

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

"Nous sentions qu'il était important de ne pas trop réglementer la course, on voulait laisser un esprit de liberté. Pour que les gens se creusent le cerveau avec le matériel et ainsi laisser le sport évoluer de lui même."

Bjorn Englund and Paul Krochak (SWE/ CAN Team Head Swimming)

"Alors que nous [avions vu ?] durant les 2 ou 3 dernières années des combinaisons spécifiques au swimrun. À partir de maintenant et jusqu'à l'année prochaine, nous verrons du matériel spécifique swimrun pour la flottaison et pour les plaquettes."

Jonas Colting (triple vainqueur)

"La tendance de cette année semble être ce bandeau de néoprène autour du front contre le froid, mais c'est déjà minimaliste (l'équipement en général, ndlr). Je pense que nous avons fait une bonne partie du chemin, il y a probablement quelques ajustements encore à faire."

Jon Okkelmo and Kari Flottorp (Norway)

le moins est un plus

"Les choses les plus intelligentes que l'on ait entendu c'est probablement : le moins est un plus. Moins de matos, moins de choses à s'encombrer vraiment"

Commentateur

Un sujet intéressant de discussion est quel sera l'état de l'art du matériel dans une autre décade ?

Bjorn Englund and Paul Krochak (SWE/ CAN Team Head Swimming)

"Je pense que l'équipement sera spécifique à la compétition de swimrun, des matériaux flexibles avec la même flottaison, peut être autre chose que le néoprène d'aujourd'hui."

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

"Maintenant nous avons les bases générales au sujet de l'équipement, mais nous laissons une marge de manoeuvre pour notre réflexion et évolution."

Commentateur

Après avoir débarqué sur la seconde plus grande île de l'épreuve Nämdö, les équipes se dirigent sur forêtprès de 5 km vers  An Inn, l'alimentation très bien fournie qui sert de ravitaillement. Ici la récompense Addnature est remise encore à Simon Börjeson (SWE) et Rasmus Regnstrand (SWE). Ils sont entrain de brillamment dominer cette année, augmentant progressivement leur avance. Björn Englund (SWE) et Paul Krochak (CAN) viennent en seconde position juste six minutes après. Lennart Moberg (SWE) et Daniel Hansson (SWE) des forces armées suèdoises les suivent de près. Staffan Björklund (SWE) et Marika Wagner (SWE) mènent toujours les débats dans la catégorie mixte, en second arrivent Ulrika Eriksson (SWE) et Peter Oom (SWE) du team Garmin Icebug et ces derniers s'arrêtent pour manger et boire avant de décoller. À ce moment le classement féminin a des nouveaux leaders : les vainqueurs de l'UtÖ et d'Engadin Swimrun : Kristin Larsson (SWE) et Carolin Holmqvist (SWE) du team Addnature. Maintenir l'équilibre de ses niveaux d'énergie est essentiel dans les sports d'endurance. Les athlètes font face désormais à une partie très difficile de la course.

Les équipes se succèdent sur la spectaculaire ile de Nämdö. Durant les dix ans d'histoire de l'ÖtillÖ, de nombreuses caractéristiques ont progressé alors que d'autres n'ont pas bougé. Comme la longue et à découvert partie natation, redoutée par les quatre pionniers de l'ile d'Utö à mi parcours de la course : le Pig swim. 1400 mètres de portion natation de Mortor Klobb vers Mortö Bunsö. Les suèdois Simon Börjeson et Rasmus Regnstrand sont les premiers à atteindre l'eau et ils ont une belle avance. De plus en plus d'équipes arrivent à ce point de la course, un nombre grandissant de bateaux de secours sont à l'approche pour cet endroit exposé et dangereux de la course.
Le vent et les vagues heurtent les nageurs depuis la baie coté nord, le courant cette année durcit vaguesaussi cette partie natation déjà réputée comme étant difficile et exigeante dénommée le Pig Swim.
La plupart des compétiteurs sont doués pour gérer ce type de natation. Au fur et à mesure des années, le niveau de compétence au sein du sport et des compétitions s'est sans cesse amélioré. Sur la baie coté Mortö Bunsö, beaucoup d'équipes doivent se battre contre les vagues qui les projettent sur les rochers. Après avoir touché terre, de nombreuses équipes doivent lutter contre les effets de la fatigue combinés avec l'hypothermie, le mal de mer ou un équilibre perturbé.
Les équipes féminines leader, les suèdoises Kristin Larsson et Carolin Holmqvist ont fini la longue natation, elles sont suivies de près à Mortö Bunsö par Jenny Nilsson et  Magdalena Trumstedt du team Serneke. La course continue à travers les bois et iles interdites (au public, ndlr), le rythme de course (des premiers, ndlr) n'est pas sur les temps du record de l'épreuve cette année à l'ÖtillÖ, principalement dû aux conditions météo sévères, mais l'allure est pourtant élévée.

La progression et la vitesse des athlètes dans la course représente un autre paramètre notable qui rochers glissantss'est développé au cours du temps. Après 5h30 de course, nous voyons les premiers [...] nageant vers [...]. Seulement 5 ans auparavant en 2010, les leaders ont, à ce moment dans la course, à peine commencé à nager la longue natation. Et si nous remontons à 2006, les premiers seraient toujours entrain de courir sur Nämdö.

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

"C'est encore un sport jeune, mais il a dix ans et tout le monde se prépare de mieux en mieux. Cela devient de plus en plus compétitif."

Lelle Moberg and Daniel Hansson (swedish armed forces)

"Je pense que c'est parce que de plus en plus de monde s'entraine exclusivement à cela, et met de coté d'autres intérêts. Tu dois t'entrainer au swimrun."

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

Les gens sont devenus tellement amphibie

"Maintenant tu vois des gars qui mettent le turbo tout au long de la course. Ils ne ralentissent pas à la sortie ou à la rentrée dans l'eau. C'est vraiment cool d'assister à cela. Les gens sont devenus tellement amphibie au lieu de perdre leur temps à se changer avec du matos censé leur donner un avantage ou pas."

Simon Börjeson (SWE) and Rasmus Regnstrand (SWE)

"Ouais, on adore le swimrun car pour les transitions c'est comme si nous étions des créatures qui se meuvent dans les bois ou sur la terre en douceur, sans accroc."

Commentateur

Sur la plus grande ile Örno, une course à pied de 21km, un semi marathon attend les coureurs. Une section dure après presque 50 km de course.  Björn Englund et Paul Krochak, team Head Swimming vont fort et sont en passe de rattraper les leaders. Rasmus et Simon sont à moins d'un minute devant quand ils arrivent au ravitaillement Cliff de l'église d'Örno. Les forces armées suédoises Lelle Moberg et Daniel Hansson sont aussi entrain de grignoter minute après minute. Les vainqueurs d'Utö swimrun Nicolas Remires et Julian Dent, en quatrième position, ont progressé fortement pendant toute la course et veulent aussi prendre part à la bagarre finale.

Le relations entre les organisateurs et les résidents locaux de l'archipel sont vitaux pour l'existence et le futur d'ÖtillÖ.

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

"Au début, personne ne comprenait vraiment ce que nous faisions et maintenant après 10 ans, nous commençons à avoir des lettres des propriétaires nous demandant quand est ce que cela va arriver ? Vous n'avez pas besoin de demander notre permission car c'est devenu une course historique pour les gens qui vivent dans l'archipel. Ils savent que le premier lundi de septembre, il y aura des personnes du monde entier courant dans leur jardin."

Commentateur

Alors que le sport Swimrun s'étend à travers le monde, il grandit aussi là où il est né.

Anders Malm (Ütö Varshus / Original 4)

"L'équipe que nous embauchons pour l'été veulent rester, car ils veulent continuer et s'entrainer comme si cela faisait partie de leur job. Ils aiment vraiment cet environnement propice à l'entrainement. C'est quelque chose qui nous rend humbe et fier à la fois."

Commentateur

Les leaders de la course ont maintenant atteint les derniers groupes d'iles, qui avec UtÖ, constituent les derniers 15 km de la course. Paul et Bjorn de la team Head Swimming ont progressé et doublé Rasmus et Simon sur la partie sud de l'ile d'Örno, et ces derniers bataillent pour ne pas se laisser rattraper par les autres équipes. Lelle et Daniel les ont eux aussi dépassé. Bjorn jette un regard inquiet derrière lui quand il arrive sur l'ile de Langbaling. La seconde équipe suèdoise des forces armées ont atteint la terre ferme 7 minutes plus tard.
Entretemps à Örno, les leaders féminins ont une nouvelle fois changé : Annika Ericsson (SWE) et Maja Tesch (SWE) du team Surfspot ont pris la tête. Le Team Envol avec Nicolas et Julian ont bien remonté et pointent désormais à la troisième place. Les voilà maintenant sur l'ile de Mellankobbarna

Björn Englund et Paul Krochak ont le temps de profiter du paysage, ayant une bonne marge de sécurité de 7 minutes sur l'ile d'UtÖ et avec seulement 3 km de course à pied facile jusqu'à la ligne d'arrivée. Une superbe [ovation ?] de la part des touristes, des résidents de l'archipel et des amis venus encourager leurs amis swimrunner à Üto Varshus, l'hotel de Gruvbyn. Les deux athlètes n'ont pas eu un départ idéal mais ils se sont révélés de plus en plus forts au fur et à mesure de la course. Avec au final la reconquête du titre de champion du monde pour cette 10ème édition de l'ÖtillÖ. Le temps des vainqueurs est de 8h29min.
Lelle Moberg et Daniel Hansson finissent à une belle seconde place après une journée de dur labeur. La paire franco australienne Team Envol de Nicolas Remires et Julian Dent complète le podium avec un plan de course rondement mené. La Team Add Nature de Simon Börjeson et Rasmus Regnstrand termine en quatrième position après avoir mené pendant près de 6 heures.

Björn Englund and Paul Krochak - Overall Winners ÖtillÖ 2015

Je vais m'évanouir dès que l'interview va se terminer

"C'est ma troisième victoire mais pour des raisons particulières, cette gagne signifie tant pour moi, winnerpeut être le plus. Je ne pense pas que nous avons jamais été si fatigué après une telle course. Je peux à peine construire un phrase correcte. Je vais m'évanouir dès que l'interview va se terminer."

Commentateur

L'équipe suivante Staffan Björklund et Marika Wagner qui franchit la ligne en 5ème position au scratch a dominé voire écrasé sa catégorie tout du long de la course. Staffan Björklund et Marika Wagner de Peak Performance ont établi un nouveau record, c'est la première équipe mixte à passer sous la barre des 9 heures.

Staffan Björklund and Marika Wagner, Winners Mix ÖtillÖ 2015

"On avait préparé cela depuis tout l'été, on a bien fait notre boulot et ce depuis toutes les années précédentes. On a été beaucoup de fois sur le parcours, nous en connaissions tout les tournants et les pièges. Nous avions un plan et nous nous y sommes tenus.. Ca fait vraiment du bien quand un plan se déroule comme prévu."

Commentateur

Rasmus Enlund et Fredrik Haglund du team Artic finissent sixième. Team #8 Mike Thorén (SWE) et Jesper Svensson (SWE) sont les 7ème. La seconde équipe non suèdoise Mark Threlfall (GBR) Jack Grundy (GBR) vient en 8ème position suivie de près par le duo germanique Andre Hook (GER) Wolfgang Grohe (GER ) en 9ème position. Les médaillés d'argent dans la catégorie mixte sont Helena Sivertsson (SWE) et Marcus Hultgren (SWE) juste en dehors du top 10 et ils finissent en 11ème position.
La plus grande surprise de la journée vient d'Annika Ericsson et Maja Tesch, un plan brillamment exécuté dans lequel elles ont fait preuve d'un impressionnant état d'esprit solidaire et d'une belle endurance. Maja réside à UtÖ et la paire a reçu un accueil très chaleureux de la part des collègues et de leurs amis lorsqu'elles ont franchi la finish line au bout de 10h30. Le titre de champion du monde de Swimrun revient enfin à UtÖ.

Annika Ericsson and Maja Tesch, Winner Ladies ÖtillÖ 2015

"On est vraiment en état de choc, on ne pensait pas que cela puisse arriver. On l'a pris de façon décontracté dès le début. On a jamais été dans le rouge, et avec les autres équipes ralentissant, nous avons toujours gardé le même rythme, joyeux et en s'encourageant, c'était super."

Commentateur

12 heures se sont écoulées depuis le départ à Sandhamn, une longue journée de boulot avec de ultra magbonnes heures sup, beaucoup de coureurs vont commencer leur récupération avec une délicieuse nourriture, une bière sous la tente voire peut être sur la table de massage. Pour le reste des concurrents, la soirée sera synonyme de combat pour rester concentré tant au niveau mental que physique afin de rallier la ligne d'arrivée. Tout au long de la partie trail de l'ile Örno, probablement ressentie comme interminable par les nombreuses équipes se battant contre la dernière barrière horaire de la course.

"L'objectif principal pour nous est d'arriver comme l'an dernier, de laisser derrière soi la dernière barrière horaire. On va commencer à 6h du mat' et on espère dépasser Örno avant 18h"

Si vous n'arrivez pas à l'atteindre [le checkpoint sud d'Örno] avant 18h, vous êtes sortis de l'épreuve. Dès lors que vous y arrivez, vous pouvez continuer à votre rythme sous le soleil couchant jusqu'à la finish line. Deux équipes qui réussirent appartienent à la Michael Matthews Foundation incluant l'athlète britannique Pippa Middleton.
 
La 10ème édition de l'ÖtillÖ fut l'occasion d'une bonne piqure de rappel que la nature ne s'apprivoise pas. Avec des vents forts, des vagues importantes et des conditions glissantes, la course a souligné la qualité des équipes présentes. 99 équipes sur 115 sont finisher, et on espère que cette proportion augmentera année après année.

Crédit photos (Jakob Edholm / Nadja Odenhage)

http://www.otilloswimrun.se/

Transcript anglais

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

Swimrun has evolved into being something very emotionnal where you as a team, you travel through nature, throughtime, going to sort of prehistoric feeling of just move through nature and you try to be part of nature. And the fact that Swimrun is something that you do together with somebody else where you share the experience with somebody. You can explore yourself and you can explore nature together with somebody else.
We are at a moment unique in time where the sport of swimrun has now developed, after ten years, from being a crazy idea. And this all came from this crazy drunken bet where four guys that were sitting late one night, claim with a napkin, which is a map, challenging each other.
In the ten years we have traveled until now to make ÖtillÖ the Swimrun World championships and where we are today. I think we'll see equal evolution in the ten years that gonna come. It will be great to be on that trip with every body.

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

Hi, I'm as nervous as the racers, because everything has to work, no boat in the ferry line. I feel very happy to have all these team from all over the world here to compete in our little race. It has started ten years ago and it just feel great. Now it's only two and a half minute to start

Commentator

It's six o'clock in the morning, at 50 km outside stockholm city among the ten of thousand islands of the achipelago, Sandham is the starting point for the tenth ÖtillÖ Swimrun World championship.
The teams have a short distance to run down to the first swimming leg of the day. Athletes all over the world have discovered the relatively young sport of swimrun and it's an interesting mix of new and more experienced teams setting of in the thirteen degrees water in the channel leading to the island Vindalsö.
Three time winner of the ÖtillÖ, Jonas Colting of Sweden has taken part in the event every year since the start in 2006.

Jonas Colting (three time winner)

Every year I get into the first swim, there is a big déjà vu feeling of having done this before, and it's more stressful because all the teams are basically at the same pace all that time. It's a real shock to be submerged for the first swim. I have always a lot of memories from the start in the first half hour.

Commentator

The course will lead the teams through the entire southern part of the Stockholm archipelago down to UtÖ island across 26 islands makes more than 10 kilometers of swimming and 65 kilometers of trail running. The legs totalling 75 kilometers. Over the last few days, strong northely winds have ripped the waters and we could already see the rough sea with waves hitting from the side. The american athletes Sara Mc Larty and Misty are the first among the women to complete the first eighteen hundreds swimming leg also the longest distance in this event.

Sara Mc Larty and Misty Becerra (USA)

Gosh ! We're gonna race, you know and we're gonna try, and the firtst half of the race is a lot of swimming, so that's our strength, so you might see us out front, at the beginning because not that we're trying hard but because we are good swimmers.

Commentator

Going back to the first few years of the ÖtillÖ event, there were ten to fifteen teams at the start and only a few of them manage to finish the race. These were the early days of the sport which combines running cross country with swimming in a competition format.

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

In the beginning we chase our friends basically to come to our race to support us and now we come to a point where we have more than 700 teams trying to get in to ÖtillÖ one way or an other. And we have only 120 spots because there is no more space on the island. We have completely booked the island out. Our ambition is tho grow the sport primarily because we feel that if the sport grows then the whole community becomes a lot stronger.

Commentator

The teams have reached ... and the place where the staff trick the athletes to a first top off cliff and energy. The swimrun discipline is currently enjoying tremendous growth and attraction. But what is it that makes a competition like ÖtillÖ so unique ?

Mats Andersson (Üto islander / original 4)

It's a race that is for me to be through very beautiful environment, harsh environment as well.

Simon Donato and  Hunter McIntyre (USA) Team bounded

And it's all different type of entries and exits from the water, some are sandy beaches, some are very steep, granit, ciffs, I mean there is so much variety plus you are running on bare rocks, on mossy trails, trees are down. It's as much as obstacle course racing as it is an adventure racing and pure swimming and running.

Fredrik Bodin and Johan Warme (Sweden)

It's a very tough race because of far distance, and also the swimrun was born here in the stockholm archipelago from the guys from Üto, that's make it even more fun to do the original race.

Mats Andersson (Üto islander / original 4)

You do it in a pair that means you have a friend along the way to discuss what you see, you have someone to share the same memories. I think that is one of the special things about this type of competition.

Commentator

This year the tenth edition of ÖtillÖ, we see a record number of nations represented. All in all teams from 24 countries for most part of the world

Antonio Porres and Carlos Lopez (Mexico)

We heard about this competition, we believe it's a very big challenge,so that's why we are here.

Jon Okkelmo and Kari Flottorp (Norway) Team Smartfish

The fact that we can cross distances in areas that we'll never do outside of this competition. I mean the chance of doing this on you own are slim to none.

Marina Ivanova and Dmitry Yahorau (Russia Belgium)

So we tried a lot of different sport and then we heard about ÖtillÖ, we think that it will be great to participate here.

Gabriele Célette and SImone Bayer (Germany)

Our goal is to finish and to finish before the cutting time and to be on the finish line. I think this is our goal It's interesting to see the enormous growth of the entire sport from the very humble beginning, I'm sure in a few years it will be a true global sport.

Commentator

The teams have reached the gravel roads across the major island Runmaro, there at the grocery shop inns... is the event first sprint priz. Simon Börjeson (SWE) Rasmus Regnstrand (SWE) have shocked everyone with an incredibly fast opening across the first few islands and they bring home the redbull sprint priz after about 1h42min. Some 4 minutes later we see two former world champions coming in second and third. Lennart Moberg (SWE) Daniel Hansson (SWE) and Björn Englund (SWE) Paul Krochak (CAN) only separated by less than one minute.
The two multisport athletes of peak performance Staffan Björklund (SWE) Marika Wagner (SWE) are going very fast as the best mixed team winning the sprint priz just 12 minutes behind the best team.
Jenny Nilsson (SWE) Magdalena Trumstedt (SWE) second team in last year ÖtillÖ are leading the women class and also bring back the sprint priz at [Tischweg...]

The course sets off southbound, with a few shortest swim and running legs across MunkÖ and Käckskär, part of the course in trunkless woods and rocky and slippery shores, the waves and current make the swim even more challenging.

The equipment used by the competitors as aids has also undergone huge development over the sport ten years history. Finnish athlete Petri Forsman...won the first ötillö in 2006 and is now making his comeback in celebration of a decade of races.

Petri Forsman and Henrika Malmström (Fin)

They really did have somewhat [a mats], the main rule was everything you can carry with you, you can use, so we were using air mattress. The morning of the race, when they came out of the hotel. At the start point everybody was laughing at us (ahahah), we had this air mattress with us. We run to the shore for the first swim and we fly away !

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

We felt it was important not try to regulate the race too much, we wanted it to be free spirited. So that people can play around with their equipment, so sort of let the sport evolve on its own.

Bjorn Englund and Paul Krochak (SWE/ CAN Team Head Swimming)

While we can't [...] during last two or three years see specific swimrun suits. Now maybe until next year we will see some buoyancy devices specific for swimrun and for paddles as well.

Jonas Colting (three time winner)

This year's trend seems to be the headband of neopren to keep the cold away from the forehead, but it's pretty minimalistic already so I think we have come quite a long way. There is probably quite a few tweaks to be done.

Jon Okkelmo and Kari Flottorp (Norway)

Most sensible things we have been told is probably less is more. Having less equipment, less stuff to fuss with really.

Commentator

An interesting topic for discussion, what will the swimrun aids and equipment will look like in another ten years ?

Bjorn Englund and Paul Krochak (SWE/ CAN Team Head Swimming)

I think that material wise, it's gonna be more specifically for swimrun racing, flexible material and still have the buoyancy, maybe something else than neopren as is it for now.

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

So now we have general rules when it comes to equipment but we leave quite a bit of space for own thought and reflection and evolution.

Commentator

After landing on the second of the event largest Island Nämdö, the teams pace of 5 kilometers running like down to the well desert energy station at the grocery shop An Inn in Solvek. Here is the Addnature sprint prize of the race also going to Simon Börjeson (SWE) and Rasmus Regnstrand (SWE). They are performing very well in this year edition of ÖtillÖ adding gradually to their lead. Björn Englund (SWE) and Paul Krochak (CAN) come in second just over six minutes behind. Lennart Moberg (SWE) and Daniel Hansson (SWE) of swedish armed forces are following closely on their tail. Staffan Björklund (SWE) and Marika Wagner (SWE) are still leading the mixed class in second are Ulrika Eriksson (SWE) and Peter Oom (SWE) of team garmin Icebug stop for a bite to eat and some drink before setting off. At this point the women class has new leaders: the winners of UtÖ and Engadin Swimrun Kristin Larsson (SWE) and Carolin Holmqvist (SWE) of team Addnature. Keeping the energy levels in balance is essential in endurance sports. The competitors face a particularly heavy and faint part of the course ahead.

The teams precede in the scenic island of Nämdö. In the ten years history ÖtillÖ, many features has progressed and developped while other still remain the same. Just as long exposed feared and challenging for the 4 original competitors form Utö island halfway through the race is this: the Pig swim. 14 hundreds  long swimming leg from Mortor Klobb across to Mortö Bunsö. The swedes Simon Börjeson and Rasmus Regnstrand are the first to reach the water and they are still in a strong lead. More teams arrive and at this point in the race, a growing numbers of rescue vessels approach for this exposed and risky point of the course.
The wind and rough waves hit the athletes from the bay from the north, the current also contribute to what's making this year edition of the Pig swim the name of this leg particularly tough and challenging.

Most of the competitors are good at managing this type of swimming. Over the years, the skill level within the sport and competition has improved endlessly. On the Mortö Bunsö side of the bay, many of the teams struggle in the waves breaking against the rocks. After landing many struggle with the after effect of exhaustion, hypothermia, seasickness, or disturbed balance.

The leading swimming team, swedes Kristin Larsson and Carolin Holmqvist have finished the heavy swim followed closely upon Mortö Bunsö by Jenny Nilsson  Magdalena Trumstedt of team Serneke in second place. The race continues across brushwoods covered and inacessible islands, the pace is a little off the record time in this year ÖtillÖ mainly due to the rough weather conditions but the pace is still high.

The progress and speed of the competitors in the race is another landmark which has seen the event continue to develop overtime. After about five and half hour of racing, we see the leading [..] swimming towards [...]. Only Five years ago in 2010 the leaders have at this point of time in the race only started the long swim. And looking back all the way to 2006 the leader would be still running on Nämdö.

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

It's still a new sport but, now it's ten years and everyone is prepared more and more. And that's becoming more and more competitive.

Lelle Moberg and Daniel Hansson (swedish armed forces)

I think it's because more and more people do a dedicated training and they put away a lot of other interest. You have to train for swimrun.

Michael Lemmel (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

Now you can see people are just powering through the race. They are not just really slowing down in and out of the water. It's really cool to see that. People have become so amphibious instead of spending time fucking around with stuff that gives an advantage or not.

Simon Börjeson (SWE) and Rasmus Regnstrand (SWE)

Yeah, we both really like swimrun because the part with the transition, it's just like a creature who moves over wood or land without friction.

Commentator

On the largest island Örno, a running leg of a total of 21 km, a half marathon awaits, a very tough section after almost 50 km of racing. Björn Englund and Paul Krochak, team head swimming, have caught up with the leaders and are going strong Rasmus and Simon are less than one minute ahead as they arrived at the cliff energy point at örno church. Swedish armed forces, Lelle Moberg and Daniel Hansson, also gaining minute by minute. The winner of Utö swimrun Nicolas Remires and Julian Dent have advanced strongly in the race and also wanted to take part in the final battle now in fourth position.

The race organizer's contact and relationship with the local archipelago residents is extremely important to the existence and future of the ÖtillÖ.

Mats Skott (Race Director / ÖtillÖ Swimrun World Series)

In the beginning no one really understood what we were doing and now after 10 years, we start to get letters from landlords, saying when it is going to happen ? You do not need to ask for permission to pass my land because now it's a classic race for the people that live in the archipelago. They know that first monday of september, we will have people from all over the world running in their backyard.

Commentator

While the swimrun sport spreads not only across the globe, it's also growing where it was born.

Anders Malm (Ütö Varshus / Original 4)

The staff we are employing for the summer, they want to stay on because they want to keep on going and training as a part of their job. So they can be here working, but they really like the environment of training. And that is something that we feel very humble about and very proud of actually.

Commentator

The leaders of the race have now reach the final stretch of islands that together with the finish in Utö constitute the landsway final 15 km of the race. Paul and Bjorn of team Head Swimming have advanced and passed Rasmus and Simon on the southern part of Örno and are struggling to stay ahead of the other teams. Lelle and Daniel have also been overtaken. Bjorn is looking back with a worried face on getting on the island of Langbaling. The second team swedish armed forces had reach the ladn 7 minutes later.
Meanwhile in Örno, the leaders in the women class have changed again, Annika Ericsson (SWE) Maja Tesch (SWE) of team Surfspot have now taken over the lead. Team Envol Nicolas and Julian have also made their way and now are in third. Here they are on Mellankobbarna island.

Björn Englund and Paul Krochak have time to take in the scenery, still by a safe lead by over 7 minutes on the land of Üto with only 3 km of easy running left to the finish line. A great [...] by summer guests, archipelago residents, and swimrun friends await the competitors at Üto Varshus, the inn in Gruvbyn. The athletes did not see a perfect start of the day but they strive slowly but surely back into the race. Finally recapturing that title of world champion, timing the occasion with the tenth anniversary of ÖtillÖ. The winning time is 8h 29min.

Lelle Moberg and Daniel Hansson finished in a fine second place after a hard day of work. French australian team Envol with Nicolas Remires and Julian Dent completes the men podium in a well executed competition. Team addnature Simon Börjeson and Rasmus Regnstrand ends up in fourth place, they held the lead for almost six hours.

Björn Englund and Paul Krochak - Overall Winners ÖtillÖ 2015

I mean this is my third win but for some reason, this win is worth so much, maybe the most. I don't think we have ever been so tired after the race. I mean we can barely make an sentence. I'm gonna pass out as soon the interview is done !

Commentator

The next team Staffan Björklund and Marika Wagner coming up to the finish line in overall fifth place, they have been leading their class almost all and over the last leg, simply smashing the competition. Staffan Björklund and Marika Wagner, Team Peak Performance carried out a record. The first mix team to complete Ötillö in less than 9 hours.

Staffan Björklund and Marika Wagner, Winners Mix ÖtillÖ 2015

We have been looking for to this all the summer, we did our homework from the previous years. We have been on the course a lot. We knew all the turn and twist. We had a plan and we stick to it. It feels really good when you nail that plan.

Commentator

Rasmus Enlund and Fredrik Haglund of team Artic finished in six. Team #8 Mike Thorén (SWE) Jesper Svensson (SWE) are our 7th team. The second non swedish team to finish Mark Threlfall (GBR) Jack Grundy (GBR) comes in eighth followed by the strong german duo Andre Hook (GER) Wolfgang Grohe (GER ) in ninth. The top ten list ends with the finnish Juha Lindfors (FIN ) Armin Hummel (GER) crossing the finish line. The silver medalist in the mix class Helena Sivertsson (SWE) and Marcus Hultgren (SWE) just outside the top ten finished eleventh overall.
    
The greatest surprise of the day is from Annika Ericsson and Maja Tesch, a cleverly plan race in which they demonstrated an impressive endurance and team spirit at his best. Maja is residing in Üto and the two of them received extra cheers and are greeted by friends and colleagues as they cross the finish line after 10h 30min. The swimrun world champion title is finally brought home to Üto.     

Annika Ericsson and Maja Tesch, Winner Ladies ÖtillÖ 2015

We are sort of in shock, we never thought it could have happen. We took it easy from the start, we never pushed it, with all teams slowing by, we kept a steady pace, we kept down happy and cheering, it was fun.

Commentator

12 hours have now elapsed since the start in Sandhamn, a long working day with some heavy overtime, many of the competitors will now start their recovery with good food, a beer in the festival tent and perhaps some time in the massage table. But the sum of the other athletes, the evening will continue on the course in the struggle to stay together physically as well as mentally all the way to the finish line. On the long run across Örno, probably seemingly endless by now, many teams are stressing to keep clear of the last cut off point of the race.

"The main goal for us is to make it like last year, it was the same goal for me, to be able to get at the last cut off behind you. We're gonna start at six in the morning and we hope to be pass Örno before six O'Clock."

If you fail to reach it before 18h00, you are taken off the course while if you make it you can continue at your own pace into the sunset with a finish at ÖtillÖ World Championship within [..] Two of the teams that manage were Michael Matthews Foundation 1 and 2 including british athlete Pippa Middleton. The tenth anniversary of ÖtillÖ was a reminder that nature had not be tamed. Tough winds, big waves and very slippery conditions, yet our race has proved once again that they are strong, 99 teams out of 115 finished and we look forward to that figure increase year on year.

http://www.otilloswimrun.se/

crédit photos (Jakob Edholm / Nadja Odenhage)


Commentaires

comments powered by Disqus