Article / absolu - le, 27/02/2015

La Barkley 100 : l'histoire d'une course légendaire

SPORT- ULTRA TRAIL | 100 MILES MYTHIQUE

Une fois par an, fin mars, 40 athletes de par le globe tentent le Barkley Marathon. Cinq boucles de 20 miles (35 km), une barrière horaire de 60 heures, plus de 20 000 mètres de dénivelé positif. Seuls 14 coureurs ont fini la course en trente années d'existence.

traversée rivière

Barkley 100 from Zefyr on Vimeo.

Directed, Edited and Filmed by Brendan Young
Director of Photography: Isaiah Branch-Boyle
Original Score by Keith Shacklett

Transcript français

Lazarus Lake (Aka Gary Cantrell) le créateur de la course

Quand James Earl Ray s'est échappé (de prison, ndlr), j'avais déjà randonné ici pendant des annéeslazarus lake. On a regardé cela à la télé comme n'importe qui. Et nous nous étions moqués de lui, qui n'a su faire que 8,5 miles en 54 heures. Je me suis dit qu'avec ce temps j'aurais pu faire une centaine de miles (160 km), parce que j'étais jeune et prétentieux. Et ainsi tout est apparu d'un coup : la Barkley était née.

"Une fois par an, fin mars, 40 athletes de par le globe tentent le Barkley Marathon"

"Elle est considérée comme la plus dure et la plus fermée au monde"

"Cinq boucles de 20 miles (35 km), une barrière horaire de 60 heures, plus de 20 000 mètres de dénivelé positif"

"Seuls 14 coureurs ont fini la course en trente années d'existence"

Brad Bishop - inscrit pour la 1ère fois

02:24 J'aime juste le challenge, quand j'étais au lycée, c'était les 5 km rapides le challenge. brad bishopMaintenant que j'en suis sorti et entré dans la vie active, courir n'est plus aussi attirant comme challenge. C'est plus en terme de jusqu'où je peux aller. Quelle course démente je peux faire. Quelles sont mes limites, vous savez, en terme d'endurance, pas de rapidité.

Je suis une personne de type A, avoir un plan du jour m'aide vraiment beaucoup à vivre au jour le jour. Avoir une activité physique est une part de moi-même qui me sert à me sentir mieux, et me donne quelque chose à planifier en dehors de ma journée de boulot. S'il n'y avait que le travail comme seul objectif, ça serait une vie ennuyante.

L'attirance initiale était le niveau de difficulté. Je n'ai toujours pas d'idée où se trouve mes plaque immatriculationlimites en terme d'endurance ou d'opiniatreté. Après c'était juste apprendre à connaitre à cette drôle de communauté que composent les gens de la Barkley. Des personnes qui sont tellement dévouées à cette course, qu'ils y reviennent année après année. Et même s'ils n'y sont pas acceptés, ils l'adorent, et veulent y être pour supporter et adhérer à la culture Barkley.

Ed Furtaw - 1er finisher de l'histoire de la Barkley

03:52 J'ai toujours eu cette tendance à courir. Ma mère me disait que j'ai commencé à marcher à l'âgeed furtaw de 9 mois et depuis je n'ai plus marché. Partout où j'allais, je courais. C'était le plus grand accomplissement de ma vie d'être le premier finisher de la Barkley. C'est devenu très important pour moi. L'an dernier j'étais prêt de penser que je devrais abandonner car pour la première fois en 17 éditions, je n'ai pas fini la première boucle à temps. À force de prendre de l'âge et d'être plus lent, la Barkley est devenue plus dure et plus grande. C'est devenu un vrai défi pour moi de faire une ou deux boucles. Ce qui est en jeu pour moi est d'être toujours le meilleur coureur que je peux être. Donc je peux dire qu'il y a une histoire de respect de soi-même en jeu. C'est dur de penser que je ne pourrai pas être capable de l'être.

Brad Bishop - inscrit pour la 1ère fois

05:10  Presque pour tous les autres 100 miles, ne pas finir est un échec. À la Barkley, ne pas finir est techniquement un échec, mais d'après ce que j'en ai compris, on ne le ressent pas comme un échec. On va aussi loin que l'on peut, et on apprend à quelle distance correspond notre capacité.

Lazarus Lake (Aka Gary Cantrell)

05:30 On a énormément de gens diplômés, la plupart d'entre eux ont très bien réussi dans leur vie. Ils aiment les challenges, ils sont habitués à réussir. Et il n'ont pas peur d'essayer quelque chose où ils vont probablement échouer. C'est attirant de le savoir, et ils savent qu'ils doivent renverser le destin.

Jason Poole - six tentatives à la Barkley

05:54 Il avait l'habitude d'être un coureur prolifique, un ultra runner lui même (Lazarus Lake, ndlr). Cette course reflète sa personnalité, aussi locale qu'unique, c'est la Barkley. Il est fait du même bois.

Ed Furtaw

En quelque sorte, la Barkley fut crée comme une parodie du sport. Habituellement sur une course, pour les frais d'inscription c'est un dollar le mile. Il l'a mis à un penny le mile.

06:24 Laz : Ça c'est une participation pour les athlètes (un penny par mile, ndlr)
Le mec juste là, c'est Jared Campbell, c'est un rock, il a fait a peu près tous les 100 miles existants.

Jared Campbell (2012 finisher)

06:45 Deux ans auparavant, la première année, je suis venu à l'aveugle, je n'avais jamais été dans le parc. Je me suis senti l'âme d'un touriste. J'étais très dépendant des autres concurrents pour m'orienter dans le parc. J'ai vraiment adoré l'expérience, ça s'était vraiment bien passé toute l'épreuve. Mais je voulais revenir et la faire complètement de moi-même. C'est pourquoi je suis revenu l'an dernier et encore une fois cette année... car l'an dernier ça n'a pas été comme je l'avais espéré.

07:12 Laz : Personne ne sait quand cela va vraiment commencer, c'est entre minuit et midi. Nous avons débuté aussi tôt que 2 h  ou tard comme 11 h du matin. Alors quoique vous fassiez ou portiez, nous soufflons dans cette conque une heure précise avant le départ. Cela revient à l'individu, la personne, sa propre force et capacité.
Combien de temps avant que la mumière arrive ?
30 secondes ! Vous allez devoir aller vraiment vite aujourd'hui. 10 secondes !

"La Barkley commence quand Laz allume sa cigarette" (Laz : Lazarus Lake aka Gary Cantrell)

Beverly Abbs (2014 Barkley runner)

08:53 Avec la Barkley, on ne vous prend pas par la main, il n'y a pas de balise, vous êtes en dehors beverly abbsdes sentiers pendant une grande partie de la course. Vous vous dirigez avec carte et compas, et vous êtes seul. C'est vraiment une manière de pousser les gens à leur limite telle qu'ils n'ont jamais vécu dans un ultra marathon. Et c'est l'immense charme de celui-ci.

Laz : On a mis en place cette lotterie pour que cela ne soit pas accessible qu'aux élites car j'aime à penser que tout le monde devrait avoir la chance de se tester. Vous ne pouvez pas tester vos limites avant d'avoir essayer. C'est une chose que l'on ne peut pas faire. Puis vous savez exactement où sont vos limites : ici même où vous avez abandonné, c'était ça.

Jason Poole (6 barkley attempts)

09:57 Ce n'est pas nécessairement une course contre les autres coureurs, mais c'est plutot le genre de course entre toi et l'heure. Vous savez qu'il y a si peu de gens qui sont finisher, que tu sais que celui qui va le plus loin et qui résiste le plus lontemps, cette personne sera la gagnante, le vainqueur d'une guerre.

Beverly Abbs

À un moment donné, tu vas avoir si mal que si tu te donnes une excuse pour arrêter, tu vas t'arrêter. Alors c'est impossible d'avoir des excuses. À un moment cela devient 100% mental, il n'y a plus de (force) physique restante. C'est juste une histoire de pouvoir aller de l'avant quelques soient les difficultés qui te font face : puis-je aller de l'avant avec ce qu'il me reste ?

Ed Furtaw

La nature de celle-ci, c'est d'avoir été créée pour être juste à la limite du possible. Pour moi c'est juste unique dans le monde du sport.

Jared Campbell (2012 finisher)

Certainement, on doit être en forme pour elle, c'est une course horaire, il y a des "tonnes" de portions montantes et descendantes. Un truc que j'adore mais la navigation est vraiment piègeuse.

11:11 Laz : Tu dois toujours garder de légers changements autrement, les gens viennent une fois et ils connaissent entièrement la course. Et ils referont la course en répétant. Il devrait y avoir quelque chose en travers de leur chemin, ils doivent s'arrêter et penser. On met des livres là bas, sur des check point sans présence humaine. Tu m'as vu donner des numéros aux coureurs, c'est le numéro livrecorrespondant à la page du livre qu'ils doivent me ramener. Et s'ils n'ont pas la page, leur boucle ne compte pas. Et c'est arrivé l'an dernier, c'était tragique. Tu dois avoir un bon sens de l'humour, parce que si tu es trop sérieux, cela serait une véritable torture. Tu doit être sérieux dans ce que tu fais, mais tu as besoin d'être capable de rire de toi-même. Parce que tu pourrais être sur la route de l'abandon quelque soit ton niveau de préparation ou quelque soit ton niveau d'excellence. Quelque chose peut tourner mal, sans que cela  soit de ta faute.

"Jusqu'où as tu été ?"

"Mais pourquoi, au nom du ciel, t'es tu arrêté ?"

Ed Furtaw

13:24 C'est ma 18ème fois à la Barkley, c'est la première fois que j''abandonne dans la première boucle, mais les conditions sont horribles, j'ai froid, je suis trempé. Je n'ai pas pu le faire ! c'était humide et glissant, j'avais du mal à rester debout. J'ai fait ce que j'ai pu, je n'ai pas honte.

Jason Poole

14:00 Parmi tous les 100 miles que tu peux tenter, ici toutes les 10 - 12 heures tu te retrouves au départ et à l'arrivée, et l'envie d'arrêter la course est beaucoup plus tentante. Fais tes affaires ici, tu entres et tu sors aussi vite que tu peux. Ne t'autorises pas au moindre confort parce que c'est une coup mortel.

Brad Bishop (entrain de boucler le 1er tour en 11 h 38 min)

14:36 Je me sentais vraiment bien, j'étais content de pouvoir finir une boucle et que je sois devenu forêtofficiellement un vétéran (de la course, ndlr), content d'être dans une forme relative sans problème majeur. Alors sortant du haut de cette cheminée, sur un sentier courable, je volais, je bougeais d'une façon étonnante qui m'emplissait de confiance.

Laz : Tu dois rattraper un retard de trois minutes pour revenir sur le rythme (finisher) de 100 miles.

Brad Bishop

J'avais très froid mais pas d'hypothermie, j'avais quelques soucis pour bouger mes mains , et pour manger, mais j'arrivais à ingurgiter quelques calories. Mes pieds étaient dans un sale état mais n'étaient pas totalement douloureux.

Laz : Ils s'effondrent mentalement, tu sais, 60 heures sans dormir, à grimper et descendre sans lazcesse. Tu dois te positionner sur une carte, il n'y a pas de pacer pour te trouver la voie. Tu es dehors tout seul nuit et jour.

Brad Bishop

Il n'y avait plus rien en moi qui pouvait dire, ça va aller, ou quelques forces en réserve sur lesquelles je puisse me reposer. Je n'ai pas pu puiser en moi cette puissance mentale pour passer à travers toutes les choses qui n'allaient pas. J'ai choisi de faire demi-tour. Je n'étais pas assez aguerri cette année !

Laz : Si quelqu'un va dehors et fait une erreur, qu'il traverse une période de faiblesse, c'est fini !

"Seuls 7 coureurs ont fini la seconde boucle"

Laz : Tu dois bien faire toutes les choses, tu ne peux pas te relacher, mais c'est faisable.

"Après 27 h de course, il reste 5 coureurs"

Laz : Avec le temps, spécialement quand tu le vis, tu veux tellement fort qu'ils réussissent. Ils ont survécu à tant de choses, ils ont tant accompli. J'aime vraiment ces personnes. Ceux qui sont dehors là, c'est le genre de personnes qui ont ce qu'il faut pour relever ce défi. Je leur tire mon chapeau qu'ils réussissent ou non.

"Trois coureurs arrivent de la troisième boucle"

Beverly Abbs

17:05 La barkley est très intérieure, personne ne vient ici pour la gloire, seulement quelques années aupravant, très peu de gens connaissaient cet endroit. Ils sont là bas pour dire "oui je l'ai fait". J'ai fait un, trois ou cinq tours. C'est la récompense.

"Aucun des trois coureurs ne repart pour la 4ème boucle"

Comme Laz le dit, la récompense est de ne pas avoir à repartir encore.

Laz : Eh bien ils ont tous échoué, mais c'était un abandon magnifique.

"44 heures après le départ, Jared Campbell émerge de la 4ème boucle"

Laz : Je vais deviner qui est ce coureur... Beau travail ! Tu as l'air fort. C'est plus important d'avoir l'air en forme que de se sentir en forme

Jared : c'est une bonne formulation, j'étais dans un sale endroit. Je vais probablement boire une jared campbellsoupe et y aller dans une heure. Quelle heure est il ? C'est fou mec.

19:15 Je me suis égaré quelques moments, dans mon 5ème tour, je me suis juste allongé. J'étais dans un autre monde. Je me souviens seulement avoir levé mes yeux au ciel, vers la cime des arbres. Voir les feuilles se mouvoir, et faire beaucoup plus profondément attention dans un sens que tu ne le fais jamais normalement. C'est comme les bruits du sol, de la vie quotidienne au boulot, à l'école, tous les détails de la vie. Tout cela était parti, cela m'a pris 50 heures de vadrouille à travers ces bois, juste jared campbellpour obtenir cet état mental. Mais c'était très spécial pour moi. C'était comme si l'existence se distillait (en moi).

"Deux montées encore"

"57 heures et 53 minutes après le départ"

20:25 Laz : À la maison, joli travail... si tu as tes treize pages (du livre, ndlr)

Jared : Merci

Laz : j'en ai compté treize mec, tu veux recompter ?

Jared : Non ! (rires)

Laz : Beau boulot, le voir assis ici comme ils le font tous après avoir touché la barrière une dernière fois, c'est comme si on coupait des fils invisibles qui tiennent la marionnette. Ils... Quelqu'un leur tend une chaise et ils s'asseyent. Et là tu assiste à la joie extrême qui ne peut venir que du sport. Le genre de truc que tu n'obtiens que lorsque tu étais censé ne pas réussir.

Jared : J'avais l'impression que j'avais le devoir de finir, je devais bouger mon cul jusqu'à l'arrivée. égout(rires) C'est une chose unique que tu as crée ici.
Laz : Les coureurs sont fait de ce qu'elle est (la course, ndlr), (Jared hoche de la tête)
Chaque fois qu'un coureur fini, j'ai l'impression d'avoir grandi en étant présent ici. De voir quelque chose d'aussi difficile... réussi !

Transcript english

Lazarus Lake, the Barkley Marathons creator
00:58 When james earl ray escaped, and I've been backpacking here for years before that. We watch it on TV like every one else. And we were laughing at him only making 8 and half mile in 54 hours. And I've said in that time I could have made a hundred miles, cause I was young and coky. And all came together : the barkley was born.

Brad Bishop
02:24 I just like the challenge, when I was in high school running faster five K, that was the challenge. Now that I am out and in the adult world, running fast is not quite as attractive as a challenge for me. It's more how far can I go. How crazy of a course can I compete. What are my limits, you know in terms of endurance, not speed.

I'm a very type A person, just having a plan for my day makes a lot easier for me to live day to day. And having fitness activity of some sort be part of that makes me feel better about myself and give me something to planning my day around besides work which if works would be my focus it would be a boring life.

The initial attraction was the difficulty level at the time I still have no conception of what my limit were for endurance or stubborness. After that it was only learning    about just kind of the crazy community that makes up the people who do Barkley. People that were so devoted to the race and want to do years after years. And even if they don't get in, love it and want to be there to support and buying to the barkley culture. That kind of culture is very attractive to me.

Ed Furtaw - first Barkley Finisher
03:52 I had always a tendency to run. My mom says I start walking when I was nine months old, and I have'nt walked since. That everywhere I go I run. It was the greatest accomplishment of my life to be the first finisher of the Barkley, that has become very important to me. Last year I come close to thinking I should give it up because for the first time in seventeen attemps last year, I did not finish the first loop wtihin the time limit. As I gotten older and slower and the barkley has become harder and bigger. It becomes a real challenge for me just to do a loop or two. WHat is at stake for me is to be still the best runner I can. So I would say some self respect is in it for me. It's hard for me to think that I won't be able to do it.

Brad Bishop
05:10 Almost every other hundred miles out there, the lack of finishing is a failure. At Barkley the lack of finishing is technically a failure but my understanding is it doesn't feel like a failure. You go as far as you possibly can, and learn what that distance what that capacity is.

Gary Cantrell aka "Lazarus Lake"
05:30 We have a lot of educated people, most of them are people that are very successfull, they like challenges, they are used to succeeding. And they are not afraid to try something where they will probably fail. It has an appeal to know that, and they have to fight the odds.

Jason Poole - six barkley attempts
05:54 He used to be a pretty prolific runner, ultra runner himself. The race is his personality, so as corky as unique as the race the barkley is. He is the same way.

Ed Furtaw
To some extent the features of the barkley were created as a parody of the sport, typical race event, one dollar a mile, the guideline for entry fees, he set the entry for one penny a mile.

Lazarus Lake
06:24 It is not a fee to finance, I look a lot of what people do and I think it's not a fee to athletics, it's a fee to finance. This is the fee of athletics. The guy right there, Jared Campbell is one hard rock, pretty much all [...] climb as a 100 miles racer.

Jared Campbell (2012 finisher)
06:45 Two years ago the first year, I came in pretty blind, I have never been to the park. I felt like a tourist in a sense. I was very dependant on the people to get around the park. I'd really love the experience, it was really neat to get through. But I really want kind of come back and do it on my own, why is I came back last year, and I wanted to come back again, cause last year it didn't quite go the way I wanted to.

Lazarus Lake
07:12 Nobody knows when it's gonna start right now, it's between midnght and noon. We started as early as 2 am as late as 11 o clock in the morning. So as far as planning what you're carrying or what you're doing, we blow that cork an hour before the start. It comes down to each person, individual, middle strength and capabilities

How long until the light goes on ?
30 seconds ! You gotta run really really fast today. ten seconds !
"The Barkley begins when Laz lights his cigarette" (Laz : Lazarus Lake aka Gary Cantrell)

Beverly Abbs (2014 Barkley runner)
08:53 With the Barkley, there's no hand holding, there's no marking, you're off trail for a good portion of it, you're going by strictly map and compass, and you're on your own. So it's really pushing people to limits that they have never been asked to be pushed to in a typical ultra marathon. And that's where the big draw is for this.

Laz: We set up the lottery so this is not just for the elite or lead athletes cause I think everyone should have a chance really to put themselves to the test. You haven't tested your limits until you try. That's something you can't do. Then you know where your limit is : right there where I quit, that was it.

Jason Poole (6 barkley attempts)
09:57 It's not really a race against necessarily the other people who are running but it's just more a competition kind of against yourself and the clock. Historically you know there has been such a few numbre of finishers, that it was just a person who could go the longest and kind of endure the longest. And that person generally would be, you know the winner, it's a war winner.

Beverly Abbs (2014 Barkley runner)
At some point you're gonna hurt so bad that if you give yourself an excuse to stop, you're going to jambes érafléesstop so there can't be any excuses. And it's at certain point, it's almost hundred percent mental, there is not really any physical left. And it's just can I push through this whatever I'm dealing with, can I push through what's left.

Ed Furtaw - first Barkley Finisher
The nature of it, it is just purposely created to be at the limit of possiblity. That to me is unique in the world of sport.

Jared Campbell (2012 finisher)
Certainly, it needs to be fit for it, it's an hourly course, it has long tons of vertical up and down. Things that I really love but the navigation is really tricky.


11:11 Laz : You always keep slight changes otherwise, people just come and they know the whole race. And you just start doing by repetition. There should be something in their way, every runner, they have to stop and think. We put books out there, like unman checkpoint and you see me there giving them numbers, and they get that page out of the book. And then I ask to bring them back. And if they don't have the page of the book, their loop doesn't count. And it happens, it happened last year, it was tragic.

You have to have a good sense of humor, if you are totally serious about the whole thing, it would be torture. You have to be serious about what you do, but you need to be able to laugh at yourself. Cause you may walking down the quitter's road no matter how you are prepared or how good you are. If something goes wrong and it doesn't have to be your fault.

How far did you get?
Well why in the world did you stop ?
After 8 hours Ed Furtaw comes back to camp

Ed Furtaw - first Barkley Finisher
13:24 Worst, it's my worst, this is my 18th time here at barkley, it's the first time I ever quit during the loop one, but the conditions are horrible, I'm cold and wet. Could not do it ! it was wet and slippery, hard to stay on my feet. I did what I could I'm not ashamed.

Jason Poole (6 barkley attempts)
14:00 I'm like, many hundreds miles that you go and attempt, every ten, twelve hours you are back at the start finish line. The availability to end you race is much more accessible. Have your stuff just died in, get in and get out as fast as you can. Don't allow yourself to kind of get load to the [...] of comfort cause it's a deadly move.

Brad Bishop (finishes the first loop in 11 h 38 min)
14:36 I was feeling really good, I was happy that I going to finish a loop, that I will be officially a veteran, that I was going to come into camp in decent shape with no major issue. And so coming off in this chimney top in a runnable mark trail, I flew, I was moving surprisingly well and that filled me with lot of confidence.

Laz : You need tomake up 3 minutes to get back on 100-mile pace


Brad Bishop
I was uncomfortably cold but not hypothermic, my hand were having some trouble moving, I was having some problem eating, but I could still chew some calories down. My feet were rough but they weren't completely sore.

Laz : They mentally break, you know 60 hours, no sleep, constant climbing, and descending. You have to find yourself on a map, there's no pacer to find the way. You out there by your self all day and all night.


Brad Bishop
There were nothing about me that would say it was going well or that I can rely on the reservoir strength I just..I couldn't find within myself to mentally power through all the things that were going... wrong. And so I chose to come back. I wasn't tough enough this year!

Laz : If someone goes out and makes a mistake, they go through a period of weakness, they're gone !
"Only 7 runners finished loop 2"
You have to do everything right, and you can never waiver, but it can be done
"27h after the start, 5 runners are left"
By the time, especially when you get into it, you want them to succeed so bad. they have gone to so much, they have done so much. I'm very found of these people. The ones that get out there, and they are willing to take on that kind of a challenge. My hat is off to them even if they succeed or fail.
"3 runners come from loop 3"

Beverly Abbs (2014 Barkley runner)
17:05 The barkley is very internal, nobody's coming here for fame until a few years ago, very few people knew about this place. They are out there to say they "yeah, I did it". I did one lap or three laps or five laps. And that's the reward

"None of the 3 runners goes out on loop 4"

As Laz says the reward is not having to go out again.

Laz : Well they all failed, but it was a magnificent failure

"44 hours after the start, Jared Campbell comes in  from loop 4"

Laz: I am gonna guess which one he is...good job ! You look strong. It's more important to look good than to feel good.

Jared: that's a good point, time late man, I was in a bad place. I probably drink a soup and go, in about an hour. What time is it ? it's crazy man.

19:15 Jared : I got lost a few moments, in my fifth lap and I just lay down, I was just one, I was in another world. I just remember, looking up into the trees. Sort of seeing the leaves moving and paying more attention into that in a way you don't normally. so much like a noise floor of the daily life like work, school and all the minutia of life. All that was just gone, it took like fifty hours of trampering around these woods, just to sort to get to that mental state. But that to me was really special. It is just really distilled existence.

"two more climbs"

"57 hours and 53 minutes after the start"

20:25 Laz : Right at home, nice work...if you got thirteen pages (of the book, aid station, remember)
Jared : Thank you

Laz: I count thirteen man, you want ot recount ?

Jared: No ! Laughs

Laz: Great job, seeing him sit here as they always do for some reasons after they touch the alley gate the last time. They just kind of, cut the string as if there were strings of a marionnette. They just ...Someone would be there with a chair, and they just sit here. And you just see this : the extreme of joy that could come with sport. That you only get when failure was probable.

Jared : You feel that you have a duty to finish, I guess I better get my ass to the finish line. There is some dragging. Laughs. It's a unique thing that you have created here.

Laz : The runners are made of what it is (Jared nodding)

Laz : Every time someone finishes, I feel like I have been elevated by being there. To have seen something that difficult...achieved !

translation : Jean Marie Gueye


Commentaires

comments powered by Disqus